17 Pubs sur une page, c’est possible !

Publié le 4 décembre 2012 - Publicité Online. Tags : ,

Alors que je testais un service d’achat/vente d’espace pubs (dont je vous parlerait prochainement), je suis tombé sur la grille tarifaire d’un site anglophone que je fréquente de temps à autre. Ni une ni deux, j’en profite pour analyser les différents emplacements publicitaires, afin de mieux comprendre les différences de tarifs, je désactive donc mon Ad-Blocker… et je visite cette page.

Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’on avait pas moins de 17 encarts publicitaires sur ce site, le tout, relativement bien intégrés ! Une fois passée la phase d’hallucination, je me décide d’analyser la stratégie utilisée, et au final il se trouve que ce site est un très bel exemple de ce qu’il est possible de faire, tout en gardant une certaine sobriété.

Ce n’est pas ce qu’il faut faire pour autant, et même si cela reste surprenant pour un site de qualité de ce genre, il y a des très bonnes idées à prendre. Cette organisation n’est en rien due au hasard, soyons sûrs (d’ailleurs, la plupart des emplacements proposés sur la régie que je teste sont vendus) que cela fonctionne !

Cette structure ayant de fortes chances d’évoluer dans le temps, voici un aperçu de la page dont je parle, telle qu’elle apparait aujourd’hui. Les zones publicitaires évoquées ci-dessous y sont référencées  par des numéros.

Zones et publicités :

  • Pre-Header : La première zone visible sur le site n’est là que pour afficher des publicités ! On y trouve un Leadboard (2) et un encart 230×90 (1)
  • Header : On y trouve bannière traditionnelle (3), prenant au final peu de place dans un haut de site assez aéré.
  • Menu vertical de droite (sidebar) : Il s’agit de la zone du site où nous trouvons le plus de pubs. C’est assez logique, puisque le site dispose déjà d’un menu principal horizontal (sous le header). Il n’y a que très peu d’informations à afficher dans cette colonne de droite (Sujets populaires, activité Facebook et inscription à la newsletter), si bien que les pubs y représentent 60% de l’espace visible ! On y trouve différents format, principalement situés vers le haut de la page :  300×250 (5, 15), 160×600 (16), 300×120 (6, 7), 145×120 (8, 9, 10, 11, 12). Notez la petite taille du premier bloc, et le fait que ce ne soit pas une pub, contribuant ainsi à un semblant d’aération dans une zone névralgique pour l’impression sur le rendu général de la page. De même, les formats proposés ne sont globalement pas des classiques, et leur emboitement non unifié donne l’impression d’avoir affaire à des liens internes.
  • Contenu : Il y a pas mal de publicités, cependant hormis le format 500×100 (14), tout est harmonisé. L’objectif est ici clairement de coller au maximum à l’esprit de l’article par l’utilisation de styles harmonisés prédéfinis : 2 bannières Adsense 468×60 au format texte (4, 13). Des In-text ads (17) complètent l’agencement de la zone de contenu.
  • Footer : Rien !

Au final nous avons donc les formats suivants (en gras : les plus rémunérateurs) :

  • Leadboard 728×90 : x1
  • 230×90 : x1
  • Rectangle 300×250 : x2
  • 300×120 : x2
  • 145×120 : x5
  • Wide Skyscraper 160×600 : x1
  • Bannière 468×60 : x3
  • 500×100 : x1
  • In-text Ads

 

Conclusion et remarques

Si le nombre de pubs est excessif, l’organisation structurelle des emplacements est un modèle du genre : un compromis efficace entre sobriété et maximisation des revenus. Tous les formats rémunérateurs sont présents, pour autant, on n’a pas non plus la désagréable impression de se trouver sur un sapin de noël. A ce titre, on notera notamment l’absence volontaire de Slide-in ou de pop-up / side-under, pourtant très rémunérateurs.

Cette page est bien sûr conforme aux règles d’utilisation d’AdSense, les bannières du réseau publicitaire de Google n’étant présentes qu’au nombre de 3 (4, 5, 13), et parfaitement intégrées. La technique utilisée est d’ailleurs l’harmonisation, de loin la plus plébiscitée par les diffuseurs (cf. augmenter ses revenus publicitaires).

Gardons à l’esprit que tout cela reste possible car le webmaster maitrise son inventaire, il peut ainsi proposer des formats exotiques, qui participent grandement à la sobriété générale du site. On pourrait également souligner la non-utilisation des liens de thématiques Google, qui pourraient être efficaces dans l’un des blocs de texte disponibles à gauche du wide Skyscraper.


Articles sur ce thème :